Samba um dia, samba sempre

Samba um dia, samba sempre

Rio organisera les JO d'été 2016

Les membres du Comité international olympique (CIO) ont largement élu Rio de Janeiro ville hôte des jeux Olympiques d'été 2016, vendredi à Copenhague, offrant au Brésil les premiers JO sud-américains de l'histoire.

Rio, qui recevra les JO du 5 au 21 août 2016, a été préférée à Madrid lors du troisième tour de scrutin par un score sans appel: 66 voix contre 32 à la capitale espagnole. Le Brésil, qui a déjà obtenu l'organisation de la Coupe du monde de football 2014, double donc la mise en matière d'événement planétaire.

"C'est incroyable, bouleversant et spectaculaire", a explosé le gouverneur de l'Etat de Rio, Sergio Cabral, alors que le légendaire footballeur Pelé fondait en larmes.

Le président du CIO Jacques Rogge annonce le choix de Rio pour accueillir les JO-2016, le 2 octobre 2009 à Copenhague.
© 2009 AFP (Franck Fife)
Les électeurs du Comité international olympique (CIO) ont élu Rio de Janeiro ville hôte des jeux Olympiques d'été 2016, vendredi à Copenhague, offrant au Brésil les premiers JO sud-américains de l'histoire

"Je suis si heureux, si heureux, si heureux", a-t-il répété. "Je suis quelqu'un d'émotif et je n'arrête pas de pleurer. C'est un grand moment, pas seulement pour le Brésil mais pour l'Amérique du Sud."

Au premier tour, les votants avaient créé la surprise en éliminant la cofavorite Chicago, qui avait pourtant bénéficié du soutien du président américain Barack Obama lors de sa présentation aux membres du CIO. Puis ils avaient éliminé Tokyo au deuxième tour.

Le président américain Barack Obama a félicité vendredi Rio de Janeiro pour sa victoire "véritablement historique" dans la course à l'organisation des jeux Olympiques de 2016, qui fait d'elle la première ville d'Amérique du Sud appelée à accueillir l'événement.

"Je voudrais féliciter Rio de Janeiro et le Brésil tout entier d'avoir décroché l'organisation des Jeux de 2016. Il s'agit d'un événement véritablement historique puisque ce seront les premiers jeux Olympiques jamais organisés en Amérique du Sud", a dit M. Obama à son retour de Copenhague, où il était allé défendre la candidature de sa ville de Chicago contre celles de Rio, Madrid et Tokyo.

M. Obama a vu dans le choix de Rio un "signe extraordinaire de progrès".

Pour Rio, c'est le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva qui avait soutenu la candidature devant les membres du CIO dans la matinée, répétant l'argument phare du dossier carioca: le droit de l'Amérique du Sud à organiser ses premiers jeux Olympiques.

"Rio est prêt. Donnez-nous cette chance", avait-il demandé, évoquant la "nouvelle frontière" que ces Jeux historiques représenteraient pour le mouvement olympique.

Explosion de joie à Rio après l
© 2009 AFP (Vanderlei Almeida)
Les membres du Comité international olympique (CIO) ont largement élu Rio de Janeiro ville hôte des jeux Olympiques d'été 2016, vendredi à Copenhague, offrant au Brésil les premiers JO sud-américains de l'histoire.

"L'heure du Brésil a sonné", avait repris Lula. "Le Brésil fait partie des dix plus grandes économies du monde et est le seul parmi ces dix pays à n'avoir jamais organisé les JO. Pour les autres candidates, ce serait une édition de plus. Pour nous, ce serait l'occasion de construire un nouveau Brésil".

"Rio a présenté un dossier très solide, basé sur une vision des Jeux qui célèbre les athlètes et le sport et qui, plus largement, donne l'opportunité à la ville, à la région et au pays, de mettre en application ses ambitions pour le futur", a déclaré Jacques Rogge, le président du CIO.

Au premier tour, Madrid était arrivée en tête avec 28 voix, devant Rio 26, Tokyo 22 et Chicago 18. Au tour suivant, les voix de Chicago se reportaient sur Rio, qui l'emportait finalement 66 votes à 32.

Le couple Obama venu défendre la candidature de Chicago aux JO-2016, le 2 octobre 2009 à Copenhague.
© 2009 AFP (Charles Dharapak)
La Maison Blanche a tâché vendredi d'accepter avec grâce la défaite de Chicago dans la course à l'organisation des jeux Olympiques de 2016 et a refusé d'y voir un camouflet pour le président Barack Obama, qui s'était engagé en faveur de sa ville d'adoption.

Fair-play, le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a tenu à "féliciter Rio de Janeiro et il faut dire que la candidature de Madrid a obtenu un résultat digne, les choses ont été bien faites, on a été sur le point d'y arriver, mais c'est finalement Rio qui a gagné".

Graphique animé sur la victoire de Rio pour l'organisation des JO-2016.
© 2009 AFP
Graphique animé sur la victoire de Rio pour l'organisation des JO-2016.

La présence de Madrid en finale était une surprise, notamment en raison des appréciations médiocres que son dossier avait reçu de la part de la commission d'évaluation du CIO. Une surprise moins grande cependant que l'élimination sèche de Chicago qui faisait figure de cofavorite avec Rio.

L'élimination des Etats-Unis sonnait comme un échec pour le président Obama, qui avait fait le déplacement à Copenhague, mais ne surprenait pas les spécialistes qui estimaient que Chicago a fait les frais de la longue querelle de l'Amérique avec le CIO concernant le partage des revenus marketing.

Tokyo, dont le dossier technique était considéré comme le meilleur des quatre candidates, a longtemps fait figure de favorite.

Madrid, pour 2012, et Rio, pour 2004 et 2012, avaient déjà posé leur candidature pour les JO. Les deux villes avaient été largement devancées par Londres pour 2012.



02/10/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres