Samba um dia, samba sempre

Samba um dia, samba sempre

Lundi 21 février 2011

Il est 3 h 20 heure locale. Il fait 25°C.

 

"Sejam bem-vindos ao Rio de Janeiro" dit le pilote (ou quelqu'un d'autre) lorsque nous atterrissons ou peu après l'atterrissage.

 

Un petit peu de culture : Rio de Janeiro est la capitale de l'Etat de Rio de Janeiro. Elle fut fondée le 31 mars 1565 par Estacio de Sa.

Elle fut la capitale de la République du Brésil de 1889 à 1960. Rio de Janeiro est surnommée Cidade Maravilhosa. Le maire actuel est Eduardo Paes.

Elle compte 6 093 472 habitants (appelés cariocas) pour une superficie de 1 260 km², soit 4 836,1 habitants au km².

Altitude 380 m.

 

Site officiel de la ville de Rio : http://www.rio.rj.gov.br/web/guest;jsessionid=995007B81869C288F7B1BCD6B8A6A623.liferay-inst6

 

 

Quartiers de Rio :

  • Centre: Centro, Catumbi, Estácio, Praça Quinze, Santo Cristo, Gamboa, Saúde, Bairro de Fátima, Cidade Nova, Praça Mauá;
  • Zone Nord: Abolição, Acari, Água Santa, Alto da Boa Vista, Anchieta, Andaraí, Barros Filho, Bento Ribeiro, Cachambi, Campinho, Cascadura, Cavalcante, Coelho Neto, Cordovil, Costa Barros, Encantado, Engenheiro Leal, Engenho de Dentro, Engenho Novo, Fundão, Grajaú, Guadalupe, Honório Gurgel, Irajá, Colégio, Jacaré, Jacarezinho, Jardim América, Lins de Vasconcelos, Madureira, Mangueira, Maracanã, Méier, Del Castilho, Oswaldo Cruz, Parada de Lucas, Pavuna, Piedade, Pilares, Praça Seca, Quintino Bocaiúva, Riachuelo, Ricardo de Albuquerque, Rocha, Rocha Miranda, Sampaio, São Francisco Xavier, Tijuca, Todos os Santos, Turiaçu, Vaz Lobo, Vicente de Carvalho, Vigário Geral, Vila da Penha, Vila Isabel, Vista Alegre, Vasco da Gama;
  • Zone Ouest: Bangu, Barra de Guaratiba, Barra da Tijuca, Camorim, Campo Grande, Cosmos, Curicica, Deodoro, Freguesia, Gericinó, Grumari, Guaratiba, Inhoaíba, Itanhangá, Jacarepaguá, Joá, Magalhães Bastos, Marechal Hermes, Paciência, Padre Miguel, Pedra de Guaratiba, Realengo, Recreio dos Bandeirantes, Santa Cruz, Santíssimo, Senador Camará, Sepetiba, Sulacap, Taquara, Vargem Grande, Vargem Pequena, Vila Militar, Vila Valqueire, Vila Kosmos.

 

L'État de Rio de Janeiro (RJ) est un des États fédérés du Brésil, situé à l'est de la région Sud-Est.

Sa capitale est Rio de Janeiro.

Le gouverneur est Sergio Cabral Filho.

Il a une superficie de 43 909 km² et compte environ 14 367 000 habitants qui se regroupent sur le littoral.

Son climat est de type tropical atlantique sur la côte. Température annuelle de 23 °C.

Les villes principales sont Rio de Janeiro, São Gonçalo, Nova Iguaçu, Petrópolis, Niterói, Teresopolis, Nova Friburgo et Campos dos Goytacazes.

Les grandes villes touristiques sont Angra dos Reis, Paraty, Búzios, Cabo Frio, São Pedro da Aldeia.

 


Je verse une larme et je me dis "ça y'est Chérie, tu y es !" et je me mets à fredonner "Sou carioca, e Sao Clemente..."

 

Je récupère mes valises et passe un message pour dire que je suis bien arrivée.

 

Marco, le chauffeur de la pousada, arrive après 10 mn. Bon contact.

 

Nous quittons l'aéroport Rio de Janeiro Galeao Antonio Carlos Jobim.


 

 

 

Minha alma canta (mon âme chante)

Vejo o Rio de Janeiro (je vois Rio de Janeiro)

Estou morrendo de saudade (je meurs de nostalgie)

Rio, teu mar, praias sem fim, (Rio, ta mer, tes plages sans fin)

Rio, você foi feito pra mim (Rio, tu as été faite pour moi)

Tom Jobim

 


 

 

Hommage la nation brésilienne au Maître Antonio Carlos Jobim, qui a su chanter la beauté de la ville merveilleuse

Le 5 avril 1999

 

 

En route vers la pousada, nous passons devant le sambodrome. Je demande si nous pouvons nous arrêter. Il reste un tout petit groupe de gens qui répètent. Je reconnais le samba-enredo de Beija Flor. Je descends, deux personnes sont dans le sambodrome, à côté de moi. Je leur demande si je peux faire des photos. Ils me disent de rentrer. Je fais quelques photos, je doute du résultat, il fait nuit et je n'ai pas eu le droit de trop les approcher. (Je confirme, ces photos sont inexploitables...)

 

Ambiance particulière. Une dizaine de personnes qui chantent encore l'enredo à pleins poumons à côté d'une voiture qui sert de sono. ça sent la fumée. 2 chiens sortis d'on ne sait où traversent l'avenue.

 

Moins d'une heure après mon arrivée à Rio je foule déja le sol du sambodromo ! Incrivel ! Incroyable !

 

J'arrive à la pousada un peu avant 5 hrs. Frida m'attend. Je prends une douche bien chaude et nous discutons un peu, puis je fais un petit dodo. J'ai trouvé sur la table de la chambre un gentil petit mot et un coffret en bois enrubanné, ce sont des cosmétiques GRANADO.

 

Il est 6 hrs. Il fait grand jour. J'entends les oiseaux chanter. Je fais le tour de la pousada et je fais quelques photos. Je passe mon maillot de bain et je vais piquer une tête dans la piscine. Quel bonheur !

 

Ensuite, nous prenons le petit déjeuner : pain frais, beurre, confiture, fruits frais : ananas, mangue, goyave, banane, café, lait, cakes, croissants, jus de fruits...

 

Il est 7 hrs et nous partons pour Ipanema. Somos garotas de Ipanema. Comme dans la célèbre chanson de Bossa Nova de 1962 d'Antonio Carlos Jobim (musique) et Vinicius de Moraes (paroles).

 

 

À la base, Vinícius de Moraes fit une version différente de cette chanson, ayant pour nom Menina que Passa.

Elle avait été composée pour une comédie musicale, Dirigível (Blimp), sur laquelle Tom et Vinícius travaillaient. Mais aucun des deux auteurs n'était satisfait de cette version.

Le texte définitif de la chanson a été inspiré par une jeune fille de 19 ans, Heloísa Eneida Menezes Pais Pinto — plus connue sous le nom de Helô Pinheiro — qui vivait à Ipanema, quartier chic de Rio de Janeiro. Elle passait chaque jour, pour aller à la plage, devant le bar Veloso (aujourd'hui nommé « Garota de Ipanema ») dont Tom et Vinícius étaient des habitués.

Depuis, le nom de « Vinícius de Moraes » a été donné à la rue Montenegro où vivait Heloisa Pinheiro, et le café Veloso s'appelle A Garota de Ipanema. Le nom de la chanson a aussi été donné à un jardin public des environs.

 

 

Baignade dans les vagues de l'Atlantique. Que legal, que bom, que delicia !!!

 

 

 

   

 

Nous marchons jusqu'à Copacabana

 

 

 

 

 

 La statue de Carlos Drummond de Andrade, "O Pensador da praia de Copacabana". Sur le banc est gravée la phrase "No mar estava escrita uma cidade". Cette phrase fait partie d'un de ses poèmes "Mas viveremos"

 

Carlos Drummond de Andrade est né le 31 octobre 1902 à Itabira, Minas Gerais, Brasil et mort le 17 aout 1987 à Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Brasil. Il est considéré comme l'un des principaux poètes de la littérature brésilienne. Il a également écrit des contes et des chroniques.

 

MAS VIVEREMOS

Já não há mãos dadas no mundo.
Elas agora viajarão sozinhas.
Sem o fogo dos velhos contatos,
que ardia por dentro e dava coragem.

Desfeito o abraço que me permitia,
homem da roça, percorrer a estepe,
sentir o negro, dormir a teu lado,
irmão chinês, mexicano ou báltico.

Já não olharei sobre o oceano
para decifrar no céu noturno
uma estrela vermelha, pura e trágica,
e seus raios de glória e esperança.

Já não distinguirei, na voz do vento
(Trabalhadores, uni-vos...) a mensagem
que ensinava a esperar, a combater,
a calar, desprezar e ter amor.

Há mais de vinte anos caminhávamos
sem nos vermos, de longe, disfarçados,
mas a um grito, no escuro, respondia
outro grito, outro homem, outra certeza.

Muitas vezes julgamos ver a aurora
e sua rosa de fogo à nossa frente.
Era apenas, na noite, uma fogueira.
Voltava a noite, mais noite, mais completa.

E que dificuldade de falar!
Nem palavras nem códigos: apenas
montanhas e montanhas e montanhas
oceanos e oceanos e oceanos.

Mas um livro, por baixo do colchão
era súbito um beijo, uma carícia,
uma paz sobre o corpo se alastrando,
e teu retrato, amigo, consolava.

Pois às vezes nem isso. Nada tínhamos
a não ser estas chagas pelas pernas,
este frio, esta ilha, este presídio,
este insulto, este cuspo, esta confiança.

NO MAR ESTAVA ESCRITO UMA CIDADE,

no campo ela crescia, na lagoa,
no pátio negro, em tudo onde pisasse
alguém, se desenhava tua imagem,

teu brilho, tuas pontas, teu império
e teu sangue e teu bafo e tua pálpebra,
estrela: cada um te possuía.
Era inútil queimar-te, cintilavas.

Hoje quedamos sós. Em toda parte,
somos muitos e sós. Eu, como os outros.
Já não sei se vossos nomes nem vos olho
na boca, onde a palavra se calou.

Voltamos a viver na solidão,
temos de agir na linha do gasômetro,
do bar, da nossa rua: prisioneiros
de uma cidade estreita e sem ventanas.

Mas viveremos. A dor foi esquecida
nos combates de rua, entre destroços.
Toda melancolia dissipou-se
em sol, em sangue, em vozes de protesto.

Já não cultivamos amargura
nem sabemos sofrer. Já dominamos
essa matéria escura, já nos vemos
em plena força de homens libertados.

Pouco importa os dedos se desliguem
e não se escrevam cartas nem se taçam
sinais da praia ao rubro couraçado.
Ele chegará, ele viaja o mundo.

E ganhará enfim todos os portos,
avião sem bombas entre Natal e China,
petróleo, flores, crianças estudando,
beijo de moça, trigo e sol nascendo.

Ele caminhará nas avenidas,
entrará nas casas, abolirá os mortos.
Ele viaja sempre, esse navio,
Essa rosa, esse canto, essa palavra

 

 

A Copacabana, nous déjeunons dans une "comida a kilo" : on prend tout ce qu'on veut et on paye au poids, comme son nom l'indique. Un peu de viande, légumes chauds, salade de légumes, riz cuisiné. Plus dessert et boisson. Pour 30 Rs. C'était bon. Il n'y avait pas de touristes dans cet endroit. Seulement des brésiliens.

 

Nous avons acheté une carte SIM brésilienne donc j'ai maintenant un numéro de portable brésilien : 8066 6582. Depuis la France composer le 00 55 21 8066 6582.

 

Et on a aussi acheté une carte de Metrô pré-pago, et rechargeable.

Un trajet en métro coute 2,80 Rs.

Tu valides ta carte à chaque passage, comme la carte Navigo à Paris.

La différence c'est qu'elle n'est pas nominative, aussi tu peux la valider une ou plusieurs fois selon que tu voyages seul ou non.

Le métro carioca est propre, sans odeurs d'urine comme à Paris, et il est simple d'utilisation.

 

15 h 30 retour à la pousada. Une petite sieste de 2 hrs, et hop le mal de tête a disparu. Un plouf dans la piscine, une douche.

 

Un shortinho, un débardeur, nous sortons.

 

Au bar do Gomes, nous prenons un verre.

 

Balade dans Santa Teresa.

 

 

 

 

 

Ici devant le restaurant "Sobrenatural"

 

Nous croisons le bondinho à plusieurs reprises.

 

 

 

 

Ici je prend la pose dans un bondinho vide.

 

 

 

 

 

On rentre au cafecito. Frida commande quelque chose à manger, moi j'ai pas faim, il fait trop chaud, je me commande un pao de queijo, un pain au fromage se présentant sous la forme de boulette.

 

Première journée chargée. Dodo bien mérité à 21 h 30 !



13/03/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres