Samba um dia, samba sempre

Samba um dia, samba sempre

Mes cours de samba

Bon alors tout le monde sait maintenant à quel point j'aime la samba. Bien évidemment, je ne suis pas encore une super danseuse… mais ça vient gentiment… doucement…

 

Il faut savoir que je n'avais JAMAIS fait de danse avant mars 2008. Et qui plus est, j'ai toujours eu (et c'est encore le cas !) des problèmes avec ma gauche et ma droite. Ça ne facilite pas, c'est vrai. J'ai aussi du mal à synchroniser mes bras et mes jambes, surtout quand on utilise une jambe avec le bras opposé !

 

Mais Nadia, malgré le monde qu'elle a au cours débutant du lundi, arrive toujours à me remontrer les pas chaque fois que je lui demande. Et à répondre à mes questions. Faut quand même bien avouer qu'avec moi, c'est pas évident. Car ce que les autres filles comprennent au premier coup d'œil, moi je le comprends au bout de 15 fois. Mais je m'accroche.

 

Au cours débutant, on fait de la technique Rio / Bahia et des chorés.

 

Il y a environ 6 mois, j'ai commencé à aller au cours avancé du lundi, juste après mon cours débutant. Sans être certaine d'avoir le niveau.

 

Mais en fait ce n'est pas une question de niveau. Car c'est une approche différente. On fait des choses différentes pendant ce cours. Et cela m'apprend énormément. En fait, on est très peu nombreuses à ce cours. Maximum six filles !!! Cela permet de bien travailler sur les points faibles de chacune. C'est comme des petits ateliers. C'est vraiment chouette !

 

Pendant ce cours, on fait des impros en solo, on fait des duos. On danse en talons. On apprend à gérer nos déplacements comme si on était sur une scène en solo ou sur une scène à plusieurs filles, donc dans ces cas là il faut évoluer en faisant attention à ne pas gêner les autres. On s'entraîne aussi à samber sans (trop) reculer. En février Nadia nous a expliqué rapidement comment défiler dans le sambodrome.

 

Parfois, on met un fauteuil au milieu de la pièce et on doit improviser chacune à son tour pour la personne imaginaire assise dedans (exemple George Clooney, hein les filles !)

 

Ça m'est bénéfique dans le sens où j'ai davantage confiance en moi. Ça m'apprend à accepter de me regarder dans le miroir ! Je me suis un peu « découverte » au fil de tous ces mois. Moi qui aurait préféré rentrer dans un trou de souris plutôt que d'être au centre de l'attention. Grâce à cela, aujourd'hui, non seulement l'idée de faire un solo ne me dérange pas mais en plus il s'avère que j'adore ça !

 

De toutes façons, la samba, c'est comme pour tout. Ça vient en pratiquant. C'est pour ça que je m'entraîne dès que je peux. Parfois le midi je m'enferme dans mon bureau pour m'entraîner pendant mes pauses déj'.

 

Aujourd'hui, ce qui m'aide, c'est que je connais les différents styles de musique. Je sais ce que j'aime beaucoup, ce que j'aime moins.

 

Et puis Nadia me distille toujours des conseils judicieux et indispensables à suivre :

 

-         « sentir » la musique – commencer dans le rythme et toujours le suivre

-         Compter

-         SOURIRE

-         ENERGIA

 

Elle veut de la SENSUALIDADE. Elle veut de l'AUDACE. Elle veut de la CREATIVITE. C'est pas facile. Mais ça viendra ! A force de répéter ça finira par rentrer !

 

SOURIRE. Toujours. Remuer les fesses et les hanches. Tout le temps. En rythme, primordial ! et pratiquer, pratiquer, pratiquer !!!

 

Depuis un peu plus d'un mois, on a commencé une nouvelle choré. Chaque semaine on rajoute quelques pas. Elle est super cette petite choré. Je me demande comment elle peut réussir à imaginer des chorés.

 

Lundi, on a commencé à travailler les pauses. Mais y'a tellement, tellement de possibilités… C'est pas évident à mémoriser !!!

 

L'autre lundi, on a fait un solo sur une musique inhabituelle. J'ai bien remué les fesses. Je trouve que je remue mieux depuis que j'ai adopté une jupette qui virevolte. Et elle m'a dit « maintenant tu as compris la samba » (ouais, géniaaaaaal !!!)

 

J'ai encore des milliers de choses à travailler. Et c'encore plus vrai pour la samba de Bahia. La fois où on a dû faire une impro en Bahia, je ne savais pas quoi faire !!!

 

Il faut tout faire en même temps : samber ET sourire ET bouger les fesses et les hanches ET en rythme ET …

 

Parfois j'ai l'impression de ne plus savoir rien faire, d'avoir tout oublié, de n'arriver à rien. Quand c'est comme ça j'ai envie de pleurer et de rentrer chez moi. Et puis ça dure un cours, ou deux, et le coup d'après, pouf, c'est reparti.

 

Moi ce qui me ferait vraiment plaisir, ce serait de participer à un spectacle. Ça, ça me plairait vraiment !!! Même si je ne suis pas forcément super. Mais je suis volontaire. Mais avec cette école, ce n'est pas possible car pour le spectacle de fin d'année la directrice choisit un nombre très très limité de filles, et en plus elle choisit les meilleures, elle place la barre tellement haut qu'on dirait pas un spectacle de fin d'année des élèves on dirait un concours international. Ça ne laisse pas la place aux filles qui ont envie. C'est dommage…

 

Si vous êtes arrivé(e)s au bout de mon texte c'est que vous êtes bien courageux/se. Merci !

 

 

 

 

 


Découvrez aquarella!


27/03/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres