Samba um dia, samba sempre

Samba um dia, samba sempre

Sabado, dia 26, fevereiro 2011

Aujourd'hui, je me réveille à 9 h 30 ! C'est la première fois que je me lève si tard. Et bien ça sert à ça, les vacances ! A dormir si on en a besoin.

 

Aujourd'hui, cela va être une petite journée relax.

 

Petit déj, lessive à la main de 2 ou 3 affaires, piscine et lézardage sur la terrasse.

 

Je sors faire un petit tour dans Santa Teresa. Il y a un bloco de rua. En déguisements, les gens sont vraiment très imaginatifs. Je découvre partout dans la rue des affiches demandant aux gens de ne pas pisser partout.

 

Retour à la pousada.

 

Vou ficar tranquilla. Fazer uma siesta. Banhar na piscina. Escever as cartas postais. Bronzear.

 

Je vais rester tranquille. Faire une sieste. Aller à la piscine. Ecrire mes cartes postales. Bronzer.

 

Falar com meus filhos. Sento falta deles.

 

Parler avec mes enfants. Ils me manquent.

 

Na tarde, vou passear mais uma vez em Santa Teresa. Pegar o bondinho.

 

Dans l'AM, je retourne me promener dans Santa Teresa. Je prends le bondinho. J'adore ce petit train.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Um grupo ta tocando pagode nas ruas. Que bom !!!

 

Un groupe joue du pagode dans la rue. Que c'est bon !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

J'ai RV à 19 heures avec Paul au metrô "Praça Onze" pour les essais techniques de Beija Flor et Imperatriz Leopoldinense au sambodrome. C'est gratuit.

 

Qu'est-ce que c'est que le sambodrome ?

 

 Petite explication pour les personnes qui ne le savent pas :

 

Le nom officiel de la voie est « avenida Marquês de Sapucaí », tandis que le nom officiel de la portion où se déroule les défilés est « piste de samba », en portugais Passarela do Samba, avant le 18 février 1997 et « piste Professeur Darcy Ribeiro », en portugais Passarela Professor Darcy Ribeiro, depuis cette date.

 

Le sambodrome, en portugais Sambódromo, est situé à l'ouest du centre-ville de Rio de Janeiro.

 

Il s'agit d'une avenue d'une douzaine de mètres de largeur, bordée de gradins à ciel ouvert à l'est et de loges sur trois niveaux à l'ouest, l'ensemble pouvant accueillir jusqu'à 88 500 personnes. L'avenue mesure environ 800 mètres de longueur, dont 650 mètres constituent la zone dans laquelle est jugée la prestation des écoles de samba en train de défiler. L'extrémité Nord de l'avenue sert de point de départ aux écoles qui s'y rassemblent alternativement côté Nord et côté Sud en achevant les ultimes préparatifs des chars, costumes et instruments de musique.

 

La première année, le défilé de chaque école devait se terminer par une « apothéose ». Cette pratique a été abandonnée les années suivantes mais le nom est resté : la « place de l'apothéose » est la place où s'achève le parcours de chaque école à l'extrémité Sud de l'avenue. La place de l'apothéose abrite un musée de la samba, surmonté d'une double arche.

 

Histoire

 

En 1983, le gouverneur de Rio de Janeiro, Leonel Brizola, commande à l'architecte brésilien Oscar Niemeyer un projet afin d'édifier un lieu permanent pour les défilés du carnaval. En effet, jusqu'à cette date, les gradins étaient montés et démontés chaque année en différents lieux de la ville. Le lieu choisi est l'avenue Marquês de Sapucaí, lieu des défilés précédents.

 

L'avenue, qui est un axe de circulation assez passant tout au long de l'année, est alors complètement fermée pendant le carnaval, servant ainsi exclusivement pour les défilés.

 

Le complexe, inauguré le 2 mars 1984, est populairement appelé Sambódromo par les Cariocas malgré son nom officiel de Passarela do Samba. Le 18 février 1997, le complexe devient officiellement la Passarela Professor Darcy Ribeiro, en hommage à l'initiateur du projet. Néanmoins, le terme de « sambodrome » reste le plus employé pour le désigner.

 

 

Paul arrive bien après moi, le secteur 3 où je me trouve est noir de monde, aussi je lui dis de se placer où il peut.

 

Quel bonheur d'être dans le sambodrome. Nas arquibancadas do setor 3. J'ai hâte d'être à dimanche 6 mars pour DEFILER dans le sambodrome, et ensuite assister à ce merveilleux spectacle.

 

 

Je suis placée à côté d'un couple et d'un homme venu avec son fils. Nous avons pas mal discuté. Quand le fils a su que je venais de France, il m'a demandé quelle était mon équipe de foot préférée. Je lui ai répondu que je n'en avais pas, lui il m'a répondu que c'était Lyon.

 

Ah, le futebol ! Il n'est pas le premier à me demander quelle est mon équipe préférée. C'est drôle comme question.

 

 

Et voici Milton Rodrigues, Rei Momo 2011, qui gouverne la ville durant le carnaval.

 

 

 

 

 

A propos du Rei Momo

 

Le roi Momo est un personnage récurrent des carnavals brésiliens et colombiens.

 

Chaque ville possède son Rei Momo.

 

A l'occasion du carnaval, le maire lui transmet les clés de la ville, et le Roi Momo choisit sa reine, une jeune fille choisie pour a beauté et son expérience du samba. Il gouverne la ville durant tout le carnaval.

 

Momos était, dans la mythologie gréco-romaine, le dieu de l'ironie. Il fut expulsé de l’Olympe pour s'être trop moqué des autres dieux et, descendu sur la Terre, il y créa le carnaval. C’est pour cette raison qu'au Brésil le Carnaval est placé sous son patronnage.

 

Aujourd'hui, il n'existe pas de concours pour choisir le Rei Momo. Pour participer, les candidats doivent être très sympathiques (question perso : comment juge t on ce critère ???) et transmettre la joie à tout le monde. Une autre condition, qui tend à être abandonnée, ils doivent peser plus de 110-120 kg.

  

 

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Rei_Momo

 

 

C'est Imperatriz qui passe en premier.

 

Il n'y a pas les chars et les personnes ne portent pas leurs fantasias. Mais c'est beau quand même. En revanche, les passistas, les porte-bandeiras et mestre-salas et les rainhas de bateria ont revêtu leurs beaux habits brillants.

 

Elle a raison, Pascale, quand elle dit qu'il faut chanter, et communiquer avec le public, lui sourire et lui adresser des signes. Des gradins, on perçoit très bien tout ça. Vraiment très bien. C'est important que les spectateurs, comme moi aujourd'hui, sentent qu'on a quelque chose à leur communiquer.

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessus, Luiza Brunet, rainha da bateria da Imperatriz Leopoldinense.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Imperatriz Leopoldinense, c'est au tour de Beija Flor.

 

Voici Neguinho da Beija Flor, o puxador, l'interprète, avec son célèbre "olha a Beija Flor ai gente, chora cavaco" qui introduit tous les sambas-enredos de Beija-Flor.

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gostei muito desse show, adorei !!!!!!!!

 

En sortant du sambodrome, Paul et moi avons une petite faim. On s'achète un sandwich.

 

Pertinho do sambodromo, tem o Terreirao do Samba. O ingresso custa 10 Rs. Tem uma programmaçao de artistas famosos e + ou - famosos. 

 

Près du sambodrome, il y a le Terreirao do Samba. L'entrée coûte 10 Rs, c'est vraiment pas cher. Il y a une programmation d'artistes + ou - connus.

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

Et voici la programmation, vraiment intéressante : 

 

 

 

 

 

 

Voltei em casa em taxi porque o metrô ja acabou. Je suis rentrée à la maison en taxi parce que le métro ne circule plus.

 



27/03/2011
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres