Samba um dia, samba sempre

Samba um dia, samba sempre

Jeudi 3 mars 2011

Après mon petit déjeuner, aux alentours de 9 hrs, départ pour Uruguaiana. J'ai des dernières courses à faire.

 

Puis direction le centre de danses "Nos da dança", avenida Nossa Senhora de Copacabana, 1138 pour le cours de Carla. Le dernier cours de la semaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Ensuite nous avions prévu de boire un verre et je serai retournée au marché de nuit m'acheter un shortinho supplémentaire.

 

Mais j'ai dû changer mes plans.

 

Parce que Pascale s'est fâchée avec le vice-président de Sao Clemente qui lui annonçait qu'il y avait eu un problème avec les costumes "Natureza do samba" que nous étions 7 à avoir commandés (Catherine, Aline, Cécile, Frida, Joyce , Hélène et moi) : la couturière est parti avec le fric sans avoir réalisé la totalité des costumes.

 

Elle lui a donc dit de se débrouiller comme il voulait, mais qu'il était hors de question que ses élèves, qui avaient payé les costumes et qui avaient traversé l'Atlantique pour venir défiler au carnaval de Rio, se trouvent sans costumes le jour J et ne puissent donc pas défiler.

 

Alors, le Président de l'école, en personne, l'a appelée pour lui dire que :

 

1 - on pouvait choisir un autre costume en échange

2 - on nous rembourserait une belle partie du pris de nos fantasias.

 

C'est la raison pour laquelle j'ai dû changer mes plans : il fallait de toute urgence se rendre au Centre Cultural de Sao Clemente pour choisir nos costumes avant qu'il ne nous reste que l'affreux costume avec la bouée que nous voulions à tout prix éviter.

      

C'est très intéressant de voir les coulisses du carnaval. Dans le hangar, les fantasias (les costumes) sont emballés dans des sacs poubelles, et entassés au sol.

 

Impressionnant. Pour moi, c'est un bazar sans nom.

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai récupéré ma fantasia et celle de Frida. C'est "Mil e um especies". C'est très encombrant. J'ai trois énormes sacs poubelle par fantasia. Impossible de rentrer en metrô + bus. Il sera également impossible de les trimballer à Paris.

  

Je chope un taxi, non sans difficulté : les taxis n'ont pas envie de s'embêter à charger tout ça. La conductrice m'aide à charger mes fantasias. Soit elle est très débrouillarde, soit elle a l'habitude. Les plumes dépassent par la fenêtre du taxi et je suis engoncée du côté passager.

 

Aline a pris une photo, il faut que je pense à lui demander. ça devait être drôlement rigolo, Pascale, Pablo, Catherine, Aline et Cécile riaient bien...

 

En arrivant à la pousada, Frida est ravie de récupérer sa pousada et 400 Rs. Sur les 250 € versés, cela fait que nous avons récupéré l'équivalent de 175 €.

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je prends une douche.

 

J'ai la flemme de ressortir.

 

J'ai pas bouffé depuis ce matin. Je pensais avaler un truc en sortant du cours de Carla, je n'ai pas eu le temps.

 

Je devais aller à Lapa rejoindre les filles pour un pagode au Scénarium, j'en aurais profité pour manger. Mais ma flemme extraordinaire a eu raison de ma faim et je suis restée dormir : je mangerais mieux demain matin.

 

 



10/04/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres