Samba um dia, samba sempre

Samba um dia, samba sempre

Vendredi 25 fevereiro 2011

Quoi de plus désagréable que d'être à l'étranger sans argent, parce qu'on n'arrive pas à en retirer alors qu'on en a à la banque ???

 

Comme hier où j'étais avec 0,40 Rs dans ma poche ? C'est Frida qui m'a tout avancé. Parce qu'elle a insisté, parce que sinon je rentrais à la pousada pour la journée (le jeudi AM ma banque est fermée).

 

Donc ce matin en me levant, à 6 hrs, j'ai appelé ma banque en leur demandant de solutionner mon problème. Qui était un problème de plafond !!!

 

Parfois on a de l'argent sur soi et on n'en a pas besoin parce qu'on marche, qu'on n'a pas faim, qu'on a envie de rien acheter, mais au moins on sait qu'on en a...

 

C'est incroyable comme on trouve ou retrouve la foi (et le sourire) quand le distributeur accepte enfin de vous donner l'argent que vous lui demandez. Quand j'ai pu en avoir, j'ai dit "obrigada meu Deus" en joignant les mains et en regardant au ciel.

 

Bom, agora, tudo bem.

 

Piscine puis petit déjeuner bien copieux.

 

Dans le centre, je me suis acheté des CD, un DVD et aussi un boa rose, des lunettes de soleil rose et noir et un serre tête surmonté de plumes pour le carnaval de rue de 18 hrs à Santa Teresa : o bloco das Carmelitas.

 

Comme d'habitude, j'ai beaucoup marché.

 

Pour rentrer j'ai pris le bondinho avec Joyce.

 

Il y a foule dans les rues du centre. Les gens se pressent dans les magasins pour faire leurs achats de carnaval. Tem muito gente nas lojas de carnaval.

 

Dans la rue, on entend du samba partout, quel bonheur !!!

 

Piscine.

 

A Rio, il fait chaud, mais la chaleur n'est pas écrasante, pas étouffante.

 

Bom, o bloco das Carmelitas c'était pas aujourd'hui... Tant pis.

 

Mais il y avait un rassemblement a côté du bar do Gomes, o bloco "aconteceu". Musique dans la rue (sambas enredos et pagode). Non, vraiment un pagode en pleine rue, que peut on faire de mieux ??? C'est extra, é muito legal, né ???

 

 

  

 

 

 

 

 

Concentraçao à partir de 18 hrs, quand ke suis partie à 20 hrs la bateria do bloco "aconteceu" commençait seulement à jouer...

 

 

 

 

 

20 h 30, je suis au métro Carioca. Paul arrive peu après. Ce soir, notre programme, c'est Ensaio de rua Mangueira. Arrêt au metrô Maracana.

 

On aperçoit une femme portant le T shirt Mangueira. Elle va à l'essai de rue. Je demande si on peut la suivre. Elle accepte. Nous y allons à pieds. Une fois que nous avons passé un tunnel, elle remet sa montre...

 

Elle nous amène jusqu'au point de concentraçao.

 

ça met super longtemps à démarrer. Environ 2 hrs. C'est comme ça au Brésil. Jamais rien ne commence à l'heure dite...

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Je vois le président de Mangueira : Ivo Mairelles. J'hésite à lui demander si nous pouvons faire une photo. Il a l'air vraiment très occupé. Il "court" de gauche à droite. Lorsqu'il aperçoit Paul en train de filmer, il lui fait signe de couper sa caméra.

 

 

 

 

 

Soudain, j'aperçois Renata Santos.

 

Elle est rainha da bateria de Mangueira.

 

Sans hésiter, je vais vers elle et lui demande si nous pouvons faire de photos. Elle accepte sans hésitation. Quelle gentillesse, quelle sourire, quelle beauté...

 

Je lui dis que nous venons de Paris pour le carnaval de Rio et que nous aimons vraiment beaucoup Mangueira.

 

Je vous avertis pour la photo qui va suivre, si je porte une jupe rose et un débardeur vert, c'est parce que ce sont les couleurs de l'école. Sinon, jamais je n'aurai associé du vert et du rose. (N'est-ce pas, Ornella !!!)

 

 

 

 

 

 

Des enfants, qui posent dès qu'ils voient un objectif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En passant dans la rue, j'ai vu des gens danser sur les toits des maisons. J'ai senti des odeurs d'égout et d'autres types d'odeurs.

 

Ici, tu es au pied de la favela, si tu n'es pas déja dedans. Je ne sais pas.

 

Quand le trio electrico a commencé à avancer, il y a eu 3 ou 4 feux d'artifice. Et je me suis souvenue de ce que m'avait raconté Malika. Il parait que quand la drogue arrive dans la favela, ils tirent un feu d'artifice pour avertir les gens que la marchandises est arrivée. Alors est-ce que c'est ça ???

 

Ici, pour la première fois de tout mon séjour, jai eu peur.

 

 

Peur parce que à un moment, un groupe d'enfants est venu vers moi, il y en avait une qui parlait, et je ne comprenais pas du tout mais alors pas du tout ce qu'elle me disait. Tout ce que j'ai compris de ce que me disait cette fillette insistante, c'était qu'elle me demandait si à la fin du défilé j'allais à la quadra.

 

Une dame les a chassées et ensuite elle m'a dit de la suivre. Elle m'a dit qu'il ne fallait pas que je me balade seule ici, mais j'avais perdu Paul dans la foule.

 

Alors que jusqu'à présent nous étions au bord du trottoir, elle suivait sa fille qui faisait partie du défilé, nous sommes rentrées dans le défilé. C'est ainsi que j'ai défilé dans la rue avec Mangueira, en chantant et en faisant bien attention de maintenir les lignes, et de m'arrêter quand il faut, de reprendre quand il faut, excellent entrainement pour dimanche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée à la fin du défilé, avant même que je n'ai pu rentrer dans la quadra (qui était encore un peu loin) cette dame m'a collée dans un taxi en me disant de vite vite rentrer chez moi et de ne pas me balader seule à Rio.

 

Bien contente d'être arrivée à la pousada.



26/03/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres